Couper les ponts avec des parents toxiques

Le courage d’être soi passe souvent par une libération, un lâcher-prise et il faut parfois couper les ponts avec des parents toxiques.

Comment savoir si des parents sont toxiques ?

Un comportement toxique peut être abusif, dégradant, blessant ou exploitant. « Les comportements dans ces catégories manquent d’un ingrédient essentiel : le respect de l’expérience émotionnelle et du bien-être d’une autre personne », explique Andrew Roffman, directeur du programme d’études familiales et professeur adjoint clinique au département de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à NYU Langone Health.

« La toxicité de ce comportement est amplifiée dans les familles, car la vie de famille est, idéalement, le contexte où l’on veut et a besoin de se sentir le plus en sécurité, le plus protégé et le plus accepté. »

Des membres toxiques peuvent vous contrarier ou vous faire sentir mal chaque fois que vous êtes en leur présence, explique Leslie Halpern, doyenne et professeure à la Ferkauf Graduate School of Psychology de la Yeshiva University. « Ce sont généralement des personnes qui n’hésitent pas à vous critiquer ou à critiquer les autres membres de leur famille et ont tendance à blâmer les autres pour les problèmes et le malheur de leur propre vie », explique-t-elle.

Ils peuvent également vous gaslighter, une forme de manipulation psychologique où une personne vous fait remettre en question votre propre perception des choses.

« Parfois, ils peuvent être manipulateurs et agir comme si c’était votre comportement qui leur faisait du mal ou que vous ne leur montriez pas suffisamment de respect ou d’amour », ajoute-t-elle. « Ils ressemblent parfois à des contenants qui ne peuvent jamais être remplis, car tout ce que vous faites pour eux n’est jamais suffisant. »

Être victime d’un tel comportement toxique de la part des autres peut entraîner des problèmes de santé mentale, comme une faible estime de soi, de l’anxiété, du stress et de la dépression.

Couper les ponts

Parfois, il est nécessaire de couper les ponts avec des parents toxiques.

« Si un membre de la famille n’est pas capable de réduire ses interactions négatives avec vous ou vos enfants après que vous lui ayez demandé de le faire, et qu’il est clair que vos enfants ne bénéficient pas d’une manière ou d’une autre de cette relation, alors il est inutile de continuer pour entretenir une relation blessante », explique le Dr Halpern.

Il est peut-être temps de couper les ponts avec la personne si vous ou votre enfant commencez à redouter de rendre visite à ce membre de la famille, surtout s’il n’interagit que de manière négative avec son entourage. Il a fallu du temps à fallu du temps à ma mère pour s’éloigner de son père, et c’est compréhensible. Michele Goldman, psychologue et conseillère pour la Hope for Depression Research Foundation, explique qu’il existe un certain nombre de raisons pour lesquelles certaines personnes restent dans des relations toxiques avec des membres de leur famille.

Le Dr Roffman, cependant, dit qu’il est important de décider non pas de maintenir une relation avec des membres toxiques, mais plutôt de fixer des limites à la relation.

Fixer des limites à la relation

« Vous aurez toujours une relation, qu’elle soit active ou non. Les relations familiales se poursuivent sur le plan émotionnel, que nous soyons activement en contact ou non. Vous pouvez choisir d’avoir une relation beaucoup plus limitée, de les voir moins fréquemment ou dans des circonstances qui ne nécessitent pas beaucoup d’interaction. »

Il est également utile de garder à l’esprit les raisons possibles du comportement toxique d’un parent. « J’encourage le travail de réflexion approfondie pour comprendre pourquoi cette personne aurait pu devenir ainsi », suggère le Dr Roffman. Dans le cas de mon grand-père, il a subi une tragédie quand il était plus jeune. « Il ne s’agit pas tant de trouver des excuses ou de pardonner, mais de rendre le comportement de cette personne moins personnel pour vous », explique le Dr Roffman.

« Leurs actions reflètent beaucoup de choses à leur sujet qui peuvent ne pas être compréhensibles. Avoir une idée de cela peut aider à atténuer certains des effets durables de l’expérience des actions blessantes d’autrui. »

Bien sûr, les situations toxiques doivent être traitées au cas par cas. Il s’agit de décider s’il faut s’accrocher à une relation ou s’en éloigner. Il est possible de réparer les choses avec du temps. Ma mère, par exemple, a retrouvé son père 10 ans plus tard. Mais, comme le soulignent les experts, l’éloignement peut être nécessaire pour le bien votre famille.

 

« Certaines de ces raisons sont la peur d’être seul, l’incapacité à reconnaître la toxicité, le confort avec le statu quo, une faible estime de soi, des sentiments de culpabilité, des raisons financières, la conviction que les choses vont changer », explique le Dr Goldman.

 

Pour beaucoup, c’est aussi parce que c’est la famille. « Parfois, nous avons un sens des responsabilités envers la famille ; cela peut être dû à la tradition, à la culture, à la religion ou aux croyances personnelles », explique le Dr Goldman. « La notion de mettre fin à une relation, même une relation malsaine, n’est pas considérée comme une option pour certaines personnes en raison de l’importance de la famille, du respect ou de la responsabilité envers les aînés. »

La rupture de relation

Dans une famille toxique, nous retrouvons un réseau de comportements négatifs, manipulateurs ou abusifs. Quand nous trouvons des gens qui se comportent de façon toxique sur notre chemin, nous avons la possibilité de nous éloigner d’eux, puisque nous pouvons choisir nos amitiés. Cependant, quand les personnes en question sont nos frères et sœurs ou nos parents, la situation change, rendant tout plus difficile. La famille ne se choisit pas et est généralement pour toujours, mais parfois, il est très difficile de poursuivre une relation familiale.

  1. problèmes de communication : des familles où la communication est absente. Chaque membre est indépendant et on partage des espaces communs. Les gens ont tendance à être autosuffisants mais manquent d’un lien affectif ;
  2. manipulation émotionnelle : des familles où le chantage émotionnel, la tromperie ou la manipulation sont utilisés pour obtenir l’affection d’autrui. Un exemple est les cas d’aliénation parentale, où le père ou la mère parlent mal de l’autre parent dans le but de former une alliance contre l’autre personne ;
  3. distance émotionnelle : il y a des familles où les parents répondent au mieux aux besoins primaires de leurs enfants. Il ne manquera jamais de nourriture, de livres ou même de petits caprices, mais, malgré cela, la relation émotionnelle sera froide. Il n’y aura ni étreintes, ni baisers, ni gestes d’affection, ni soutien, ni compréhension. De cette façon, les enfants grandissent sans une figure d’attachement sûre. Ils sentent qu’ils ne sont pas légitimes à la fois en tant qu’enfants et en tant que personnes ;
  4. conflits constants : dans ces familles, le manque de respect ou même la violence physique ou verbale sont plutôt habituels. Ces comportements peuvent se manifester aussi bien entre les parents qu’entre le père ou la mère et un enfant et entre frères et sœurs. Les conflits constants peuvent rendre la famille toxique ;
  5. l’échange des rôles familiaux : dans certains cas, les parents se comportent de manière plus immature et infantile que leurs enfants et ce sont eux qui doivent marquer les limites de leurs parents. En d’autres occasions, il peut arriver que l’un des enfants fasse une alliance avec l’un des parents et finisse par se comporter non plus comme un enfant mais comme le partenaire du père ou de la mère (ce que nous appelons triangulation).

Vous vous reconnaissez dans l’un de ces cas ? Alors fuyez !!!

Author: Angelique

Nous avons presque oublié combien il est étonnant qu’un animal aussi
grand, aussi puissant et aussi intelligent, puisse accepter sur son dos
un autre animal tellement plus faible !
(Peter Gray)

Vos commentaires sont utiles à la vie de ce blog et nous aimons vous lire :)